Communiqué de presse

La fatigue a contribué au contact avec le fond du pétrolier Nanny en octobre 2014, dans le bras Chesterfield au Nunavut

Québec (Québec), le 14 mars 2016 — Dans son rapport d’enquête (M14C0219) publié aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a déterminé que la fatigue a contribué à l’application fautive de commandements de position de barre qui a causé le contact avec le fond du pétrolier Nanny dans le bras Chesterfield, au Nunavut. Il n’y a eu ni blessé ni pollution, mais les citernes de ballast du navire ont subi des dommages, notamment une fissure qui a permis une infiltration d’eau.

Le 14 octobre 2014, le pétrolier Nanny effectuait son voyage de retour à la noirceur dans les eaux restreintes du bras Chesterfield après avoir ravitaillé en carburant la communauté de Qamani'tuaq (Baker Lake), au Nunavut. Le capitaine a ordonné au timonier de mettre la barre sur bâbord pour amorcer un important changement de cap. Le timonier a accusé réception du commandement en le répétant, mais a mis la barre sur tribord. Quelques secondes plus tard, le capitaine a demandé d'accentuer la barre à bâbord, car le navire ne répondait pas comme il le prévoyait. Le capitaine a ensuite ordonné de mettre la barre sur bâbord 2 fois de plus et le timonier a continué de la mettre sur tribord jusqu'à ce que, 51 secondes plus tard, il déclare que la barre était à tribord et la mette correctement à bâbord. Lorsque le navire a franchi son point de changement de cap, le capitaine a réduit la vitesse, mais compte tenu de la forte marée et de la vitesse du navire, cette mesure n'a pas assuré suffisamment de temps pour empêcher le Nanny de toucher le fond à Deer Island.

Selon les enquêteurs, la gestion déficiente de la fatigue à bord du navire au moment de l'événement a contribué à la fatigue du capitaine et du timonier pendant l'exercice de leurs fonctions. Ni le capitaine ni l'officier de quart n'ont remarqué l'erreur de cap du timonier et l'officier de quart ne participait plus à la navigation du navire depuis que le capitaine avait pris la relève, avant le changement de cap. L'enquête a en outre ciblé des lacunes dans les procédures de navigation du navire ainsi que dans l'application des principes de la gestion des ressources à la passerelle.

La gestion efficace de la sécurité exige que les organisations déterminent et gèrent les risques liés à leurs activités. Bien que le navire ait été équipé d'un système de gestion de la sécurité (SGS), l'enquête a aussi révélé plusieurs lacunes quant à sa mise en œuvre à bord du Nanny, certaines étant liées aux causes du présent événement. Le BST a inscrit la gestion de la sécurité et surveillance en tant qu'enjeu sur sa Liste de surveillance. Le Bureau demande à Transports Canada (TC) de mettre en œuvre des règlements obligeant tous les exploitants des secteurs du transport maritime à adopter des processus de gestion de la sécurité officiels et croit que TC doit superviser ces processus.

Depuis l'événement, l'exploitant du navire a amélioré ses méthodes de gestion de la fatigue ainsi que les procédures de navigation dans des eaux restreintes et offre une formation sur la gestion de la fatigue aux équipages.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca