Communiqué de presse

Le BST ouvre une enquête sur l'accident mettant en cause un Mitsubishi MU-2B survenu aux Îles-de-la-Madeleine (Québec)

Dartmouth (Nouvelle-Écosse), le 30 mars 2016 – Aujourd’hui, le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a commencé l’étape du travail sur le terrain de son enquête (A16A0032) sur l’accident survenu le 29 mars 2016 aux Îles-de-la-Madeleine (Québec) mettant en cause un avion Mitsubishi MU-2B. Le BST transmet ses condoléances aux familles et amis qui ont perdu des êtres chers dans cet accident.

Ce que nous savons

  • Un Mitsubishi MU-2B-60 a quitté St-Hubert (Québec) (CYHU) à 9 h 31 (heure avancée de l’Est), à destination des Îles-de-la-Madeleine (Québec) (CYGR).
  • L’avion est entré en collision avec le relief à environ 2 km au sud-ouest de l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine vers 11 h 40, heure locale (heure avancée de l’Atlantique).
  • Il y avait deux membres d’équipage et cinq passagers à bord; tous ont subi des blessures mortelles.
  • Les conditions météorologiques au moment de l’accident étaient les suivantes : pluie légère et brume, visibilité de 4 km, et plafond nuageux à 61 mètres. La température était de 0 °C et les vents soufflaient de l’est-nord-est à 37 km/h, avec des rafales jusqu'à 56 km/h.
  • L’aéronef n’était pas muni d’un enregistreur de conversations de poste de pilotage (CVR) ni d’un enregistreur de données de vol (FDR), et n’était pas tenu de l’être; néanmoins, l’équipe examinera tout composant électronique de l’aéronef dont on pourrait récupérer des données pouvant servir à comprendre le profil de vol.

Travaux entrepris jusqu’à maintenant

Une équipe d’enquête composée de sept membres se trouve maintenant sur les lieux. Jusqu’à maintenant, l’équipe a procédé aux activités suivantes :

  • Examen du site (vérification préliminaire des lieux)
  • Prise de photographies de l’épave
  • En collaboration avec la Sûreté du Québec (levé) et avec la Garde côtière canadienne (prise de photos aériennes)

L’équipe poursuivra ce soir ses activités de prise de mesures et de documentation du site.

Prochaines étapes

Au cours des prochains jours, l’équipe se consacrera également aux activités suivantes :

  • Examiner et photographier l’épave de l’aéronef
  • Prendre des dispositions pour transporter l’aéronef au laboratoire du BST à Ottawa aux fins d’analyses plus poussées
  • Examiner les caractéristiques du relief
  • Recueillir des renseignements additionnels sur les conditions météorologiques
  • Recueillir des renseignements sur les communications des services de circulation aérienne et des données radar
  • Obtenir les dossiers d’entretien de l’aéronef et les dossiers de formation des pilotes
  • Mener des entrevues auprès des témoins
  • Examiner les politiques d’exploitation
  • Examiner les exigences réglementaires

Communication des lacunes de sécurité

Les enquêtes sont complexes, et nous prenons le temps qu'il nous faut pour mener une enquête exhaustive. Toutefois, si l'équipe d'enquête découvre des lacunes de sécurité qui présentent un risque immédiat, le Bureau les communiquera sans tarder.

En outre, il importe de ne pas tirer de conclusion ni faire des suppositions quant aux causes de l’accident à l’heure actuelle. Un accident est rarement le résultat d’un seul problème.

D’autres mises à jour seront publiées au besoin.


Le BST est un organisme indépendant qui mène des enquêtes sur des événements maritimes, de pipeline, ferroviaires et aéronautiques. Son seul but est de promouvoir la sécurité des transports. Le Bureau n'est pas habilité à attribuer ni à déterminer les responsabilités civiles ou pénales.

Pour de plus amples renseignements :
Bureau de la sécurité des transports du Canada
Relations avec les médias
Téléphone: 819–994–8053
Courriel: medias@bst.gc.ca